Une fac réputée de Los Angeles

Vous pensiez trouver un campus banal ? Vous vous trompiez lourdement... Avez-vous peur des fantômes ??? Faîtes attention, ils sont là...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Time To Say Goodbye [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Devon Farell

avatar

Nombre de messages : 33
Age du perso : 22 ans en réalité 27
Groupe : Artiste (Guitariste)
Citation (lien avec l'humeur) : La vie appelle la mort, la morte entraine la vie... Adieu Papa
Date d'inscription : 30/07/2007

Feuille de personnage
Moral:
20/100  (20/100)
Entourage:
Hobbies: La musique

MessageSujet: Time To Say Goodbye [Libre]   Lun 6 Aoû - 16:56

Devon était assise en haut des gradins qui surplombaient le terrain de sport, elle n'était pas seule, quelques sportifs courraient autour de la piste d'athlétisme, deux skateurs montraient l'étendu de leurs savoirs faire sur la piste de skate, et deux pompoms girls semblaient révisé un semblant de chorégraphie sur le stade de football quelques mètres plus loin. De là où elle se trouvait, Devon surplombait l'étendu des terrains, son regard perdu dans le vague fixait les grattes ciels qui se dessinait aux frontières de l'immense Campus, ses pieds nues posées devant elle, elle avait encerclé ses genoux de ses bras et avait niché son visage sur ces derniers. Elle se sentait bien seul malgré le fait qu'elle soit entourée de milliers d'étudiants qu'importe l'endroit où elle se trouvait. Elle n'avait plus la présence rassurante de son père à ses côtés, en un an elle n'avait jamais autant ressentit le vide que son absence avait creusé en elle. Tous ses étudiants étaient inconscients du danger qui les menaçaient, ils étaient encore jeunes et insouciants, alors elle se devait d'exterminé cette menace pour qu'ils ne connaissent jamais la douleur qu'elle éprouvait depuis plus d'un an, la douleur déchirante que provoque la mort prématuré et effroyable d'un proche.

Une larme roula sur sa joue, à présent qu'elle l'avait retrouvé elle se demandait si elle aurait la force de le combattre, et son angoisse était justifiée, cela faisait à peine quarante huit heures qu'elle se trouvait ici et déjà les larmes la submergeait alors qu'elle ne s'était pas laissé allé depuis la mort de son père. Trouverait elle la force de combattre une dernière fois, arriverait elle à renvoyé ce démon dans les profondeurs du néant avant qu'il ne lui fasse subir le même sort que son père, survirait elle à ce dernier combat ? Toutes ses questions tournaient dans son esprit en un ballet incessant. Jamais encore elle n'avait connut un tel doute, la colère qui l'avait conduit jusqu'ici semblait s'être brusquement envolé, pourtant le désir de vengeance était encore là, elle avait perdu son père, non, on lui avait arraché son père, l'homme qui l'avait élevé et aimé pour deux. Il méritait qu'elle fasse cela pour lui, un dernier hommage avant de reprendre le cours de sa vie. Mais que ferrait elle ensuite ? Que deviendrait elle ? Bien sur elle connaissait d’autres personnes comme elle, ils formaient une communauté très restreintes certes mais elle aurait toujours sa place parmi eux, mais pourrait continué sa mission après avoir éliminé ce démon ? Et entraîné ses enfants à devenir eux aussi ses « rôdeurs » qui protégeaient leurs concitoyens d’une menace dont ils ignoraient tout ? Elle connaissait la réponse à cette réponse, non, elle ne laisserait pas ses enfants devenir ce qu’elle était, c’était son fardeau, elle trouverait quelqu’un pour le supporté à leurs place.

Elle effaça une nouvelle larme qui perlait à ses paupières, et resserra l’étreinte qu’elle exerçait sur ses genoux, frissonnant malgré la chaleur de ce début de septembre et de la fin de cet été. Elle aurait besoin de temps, pour identifié cet esprit dont elle ne savait pratiquement rien après un an de recherche, mais combien de temps lui faudrait il ? Combien de temps devrait elle mentir à son entourage et à ses futures amis ? Son fardeau était lourd, peut être trop, elle était encore novice, son père n’avait pas terminé sa formation, elle aurait besoin d’aide, mais serait elle capable d’en trouvé ? Les Autres accepteraient ils de l’aidés dans sa vengeance ? Elle en doutait, en un an elle avait ignoré tellement de leurs messages ! Elle soupira et ferma les yeux une fraction de seconde afin de chassé cette pensée de son esprit, son père lui avait dit qu’Ils l’aiderait quoi qu’elle fasse, qu’elle pourrait compté sur eux, ils étaient trop peu pour se permettre de perdre une nouvelle rôdeuse. Elle ne sentit plus qu’elle ne vit une présence à ses côtés, un froissement dans l’air, le bruit mat des chaussures que l’on pose sur le sol, le son apaisant d’une respiration, la chaleur d’un corps à quelques centimètres. Elle rouvrit les yeux, se rendant compte que les larmes avaient débordés de ses paupières closes et dévalées ses joues. Si elle remarqua l’intrus elle n’en laissa rien paraître, ses yeux toujours résolument fixés sur l’horizon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Sanders

avatar

Nombre de messages : 21
Age du perso : 22 ans
Groupe : artistes
Citation (lien avec l'humeur) : ...
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Time To Say Goodbye [Libre]   Sam 11 Aoû - 21:19

Appuyé contre un mur, une cigarette en main, Kyle aspirait la fumùée toxique qui pourtant l'apaisait. Ces derniers temps, il ne sortait pas beaucoup. En effet, il pouvait rester cloîtré chez lui, dans le noir, des heures durant, sans aucun contact avec une personne extérieure. Mais, en même temps, le jeune homme avait toujours était quelqu'un de solitaire, ça ne le dérangeait donc pas d'être coupé du monde. Et puis, il n'était pas non plus très bavard. Une fois sa cigarette terminée, le garçon la laissa tomber négligemment à ses pieds avant d'enfoncer ses deux mains dans les poches de son jean. Aujourd'hui, on ne pouvait pas vraiment dire qu'il faisait un super temps. Effectivement, une pluie fine et désagréable accompagné d'un vent glacial étaient incessants depuis le début de la journée. Le vent agitait les cheveux que Kyle n'avait pas pris le temps de coiffer ce matin. D'ailleurs, il considérait qu'il y avait d'autres choses plus importantes que l'apparence physique. Kyle sentit son portable vibrer dans la poche droite de son jean. Il sortit le téléphone afin de voir de qui était l'appel. C'était un numéro inconnu. Il n'y prêta donc pas attention, ayant un peu la flegme de répondre et rangea le portable dans sa poche, là où il se trouvait quelques secondes plus tôt.

Le jeune homme poussa un léger soupir qui brisa durant une fraction de seconde le silence qui régnait au dehors, juste autour du bâtiment devant lequel il se trouvait. Kyle ne savait pas trop comment il était arrivé là. Il avait eu une envie soudaine de sortir de chez lui, d'aller marcher pour tout oublier, tous ses problèmes, les souvenirs douloureux, tout... Et il en était arrivé là, devant le terrain de sport. Quelques personnes étaient présentes sur les lieux mais pour Kyle, pas grand chose n'avait d'importance. Pourtant, parmi les personnes présentes, l'une d'entre elle attira son attention. Une jeune fille qui semblait un peu perdue, seule parmi les autres qui, quant à eux, ne vivaient pas indépendemment du groupe auquel ils étaient rattachés. Cette dernière semblait triste. D'ailleurs, on pouvait voir quelques larmes couler le long de ses joues. Kyle ne savait pas ce qu'elle avait. Lui, il ne pleurait pas. Ou plus. Il s'était rendu compte que c'était inutile, que ça n'arrangeait pas les choses et, qu'après tout, on ne pouvait pas changer le passé, alors à quoi bon? Mais ça ne l'empêchait pas pour autant de repenser au passé,à ce qu'il avait pu vivre, à ce qu'il avait pu endurer...

Sans trop savoir pourquoi ni comment, Kyle se rapprochait de la jeune fille qu'il avait repérée quelques instants plus tôt. Pourtant, il n'avait pas envie de lui parler. Ou en fait, c'était plutôt qu'il n'avait rien à lui dire. après tout, comme tout le monde le savait ici, Kyle ne parlait presque plus depuis la mort d'Amy, la fille dont il était fou amoureux. Cette perte le rongeait toujours mais il ne voulait en parler à personne. Il ne voulait pas l'oublier pour autant. Il vivait maintenant la douleur quotidiennement, comme si c'était quelque chose de normal, quelque chose qui l'avait toujours suivi. Kylé n'était plus à présent qu'à quelques mètres de la jeune fille qui fixait l'horizon tandis que lui la fixait elle, sans trop savoir pourquoi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devon Farell

avatar

Nombre de messages : 33
Age du perso : 22 ans en réalité 27
Groupe : Artiste (Guitariste)
Citation (lien avec l'humeur) : La vie appelle la mort, la morte entraine la vie... Adieu Papa
Date d'inscription : 30/07/2007

Feuille de personnage
Moral:
20/100  (20/100)
Entourage:
Hobbies: La musique

MessageSujet: Re: Time To Say Goodbye [Libre]   Dim 12 Aoû - 12:52

Devon semblait étrangement ailleurs, comme si son esprit c'était détaché de son corps et regardait la scène de l'extérieur, elle voyait chaque larmes qui coulaient sur ses joues, chaques ondulement de ses mèches de cheveux bruns soulevés par le vent, elle avait une consience éxacerbé de ce qui se passait autour d'elle, pourtant elle n'avait jamais été aussi insensible, elle n'avait jamais ressentit une telle tristesse, un tel mal être, tout ce qu'elle voulait c'était avoir une vie normale, rien quelques heures. Un père et une mère aimant, une maison où elle aurait grandit, un chien avec qui elle aurait partagé ses peines et ses joies, des amis avec lesquels elle partagerait tout. Elle aurait aimé avoir cette existance normal, mais elle n'était pas normale, elle était une tueuse, un chasseur en quête de sa proie, elle l'avait été, l'était et le serait toujours, on ne pouvait pas changé son destin, le sien était de traqué et d'éradiqué les esprits, démons et autres créatures qui auraient dû ne jamais revenir sur terre. Elle essuya une larme qui roulait à nouveau sur sa joue.

Elle pleurait la mort de son père, la perte de son innocence mais également la mort de cette vie qu'elle aurait put avoir si tout avait été autrement, si sa mère était resté, si son père avait trouvé un élève, oui tout aurait pu être différent, il aurait fallut le batement d'aile d'un papillon pour tout chamboulé, mais ça n'avait pas été le cas... Il ne servait à rien de se lamenté sur le passé, car justement, il était passé, à présent elle portait un fardeau qui lui semblait bien trop lourd, une peine qui semblait vouloir la submergé, elle allait devoir se battre contre elle même pour arrivé à venger son père. Elle effaça toutes traces de larmes sur ses joues, aspirant à fond. Elle avait sentie la présence de cet homme, car c'était un homme. Elle l'avait identifié à son odeur : un mélange léger de menthe et de savon. Pourtant elle ne fit pas un geste vers lui, il avait gardé le silence, espérant peut être lui communiqué un peu de soutient en restant non loin d'elle ? Qui sait, les hommes étaient parfois étranges, un mélange de bravoure, de folie et d'honneur, son père était comme ça, les hommes qu'elle avait fréquentés jusqu'a présent, lorsqu'elle avait prit quelques jours de "repos" dans une ville, ne l'avait jamais égalé, mais elle ne desespérait pas de retrouvé un jour cette sensation de confiance et de bien être qui l'habitait lorsque son père se trouvait près d'elle.

Si elle s'était rendue jusque ici c'était pour être seule, mais étrangement la présence du jeune homme ne la troublait pas, elle ressentait qu'il souffrait de la même façon qu'elle. Elle tourna légèrement la tête dans sa direction, ses grands yeux étincellaient encore de larmes, elle croisa alors son regard, d'une douceur et d'une tristesse infinit, sa gorge se serra brusquement, les larmes lui montèrent à nouveau aux yeux. Ce jeune homme avait souffert, beaucoup plus qu'elle ne pouvait se l'imaginé, il avait perdue quelqu'un de très précieux, elle le lisait dans ses yeux gris/bleu, et le chagrin le rongeait. Elle détourna le regard pour caché ses yeux brillants derrière le rideau naturelle de ses longs cheveux. Son coeurs se serra à nouveau mais cette fois si elle fit tout pour réprimé ses larmes, elle ne devait plus craqué, plus maintenant.


"Comment s'appelait elle ?"

Demanda t-elle doucement, elle devinait que seule une femme pouvait avoir cette emprise sur un homme, il avait ce regard, le regard qu'avait les hommes lorsqu'ils ont trouvés celle qu'il aimerait toujours et qu'on la leur avait brusquement arraché, elle avait déjà vut ses yeux, de nombreuses fois en dix ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Sanders

avatar

Nombre de messages : 21
Age du perso : 22 ans
Groupe : artistes
Citation (lien avec l'humeur) : ...
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Time To Say Goodbye [Libre]   Dim 12 Aoû - 19:23

Kyle était immobile. Il ne faisait pas un geste. D'ailleurs, il n'avait presque même plus conscience qu'il respirait. Heureusement que son corps savait ce qu'il avait à faire. Son regard était toujours orienté vers la jeune fille qui se trouvait à quelques mètres de lui seulement. Elle avait sans doute remarqué sa présence mais elle n'avait pas pour autant tourné la tête vers lui pour voir de qui il s'agissait, chose que bon nombre de personnes avaient l'habitude de faire lorsqu'elles sentaient qu'une autre personne les fixait. Le jeune homme n'avait pas pour habitude d'aller vers les gens tristes. Il essayait d'oublier lui-même sa propre tristesse. Et puis, il n'avait jamais vraiment fait partie de ces gens qui savent quels sont les mots qui peuvent réconforter dans un cas pareil. Il avait toujours les mains enfoncées dans les poches de son jean et ses épaules étaient très légèrement voutées, dans le but de limiter le contact du vent glacial avec le cou du jeune homme qui ne portait qu'un simple t-shirt un peu large et usé. C'est vrai, aujourd'hui, et même depuis un certain temps d'ailleurs, Kyle ne faisait plus vraiment attention à lui, juste le minimum. chaque matin, en se levant, quand il se voyait dans le miroir du couloir qu'il aurait voulu éviter, il se disait qu'il fallait qu'il se reprenne mais il n'en avait pas encore trouvé la force ni le courage.

Kyle n'avait même plus la notion du temps. Pourtant, au bout d'un moment, quelques minutes sans doute, il put apercevoir le visage de la jeune fille qui venait de sécher ses larmes. il fut alors troublé par son regard et ne put s'empêcher de la fixer. C'était assez étrange, en fait, il avait l'impression de se voir lui-même. Le jeune homme comprit immédiatement qu'il ne s'agissait pas d'un simple chagrin d'amour ou bien d'une histoire sans importance. La fille qui se trouvait face à lui en ce moment même avait énormément souffert, et ses blessures ne semblaient pas encore avoir cicatrisées. Tout comme Kyle, elle avait sans doute connu la mort, et cette dernière avait laissé dans les yeux de la jeune fille cette empreinte si paticulière qui lui était propre à elle seule et à personne d'autre. Malgré la tristesse qu'on pouvait deviner dans son regard, la jeune fille était tout de même jolie, elle avait quelque chose, bien que sur le coup, Kyle ne sache pas de quoi il s'agissait. Par la suite, il put également entendre le son de sa voix mais, lorsqu'il entendit la question qu'elle lui posait, il se figea et son visage se ferma quelque peu. En un seul regard, elle avait réussi à percer son secret. Enfin, son secret, si on pouvait appeler ça comme ça car tout le monde à l'université, ou presque, était au courant de ce qui était arrivé et de la place qu'Amy occuppait à ses yeux. Kyle aurait alors voulu disparaître, faire comme s'il n'avait rien entendu et tourner les talons sur le champ pour retourner dans un lieu fermé, là où il aurait pu se sentir en sécurité. Mais il avait comme l'impression qu'il avait le devoir de répondre à cette question qui venait de lui être posée. C'est pourquoi il le fit.


Elle s'appelait Amy...

Il n'avait pas parlé très fort mais la jeune fille avait sans doute entendu. Cette phrase lui arracha un léger soupir et son coeur se serre, il se mordit l'intérieur de la joue mais ne put empêcher ses yeux de devenir un peu plus brillant. Pourtant, il ne pleura pas. Il s'était promis de tenir le coup. Pour Amy au moins. Il s'avança encore de quelques pas et finit par s'asseoir non loin de la jeune fille qui n'avait pas bougé jusque là. Il gardait toujours les mains dans ses poches. D'ailleurs, elles tremblaient légèrement à présent bien qu'il n'en ait pas conscience, comme s'il était ailleurs. Un silence s'était installé entre les deux jeunes gens tandis que Kyle fixait le terrain de sport qui s'étendait devant eux. Puis il reposa son regard sur la jeune fille et ce fut lui qui brisa le silence qui s'était installé entre eux.

Et toi?

Il lui retournait en quelque sorte la question. Il était à présent certain qu'elle aussi avait perdu un proche. Peut être même plusieurs, ça, il n'arrivait pas à le déterminer mais il savait qu'elle lui donnerait bientôt une réponse car lui, il avait répondu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devon Farell

avatar

Nombre de messages : 33
Age du perso : 22 ans en réalité 27
Groupe : Artiste (Guitariste)
Citation (lien avec l'humeur) : La vie appelle la mort, la morte entraine la vie... Adieu Papa
Date d'inscription : 30/07/2007

Feuille de personnage
Moral:
20/100  (20/100)
Entourage:
Hobbies: La musique

MessageSujet: Re: Time To Say Goodbye [Libre]   Dim 12 Aoû - 21:49

Elle n'avait pas fait un mouvement depuis qu'elle s'était echouée sur ce gradin, il y avait une raison à cela. Au fond elle même, elle esperait que si elle restait immobile suffisament longtemps, resistant au vent et à la fine pluie qui tombait, les élèments capricieux emporteraient son chagrin, la laissant enfin apaisée sur ce morceau de gradin. Elle était restée là plusieurs heures, de longues heures à ruminé son chagrin, a cherché en elle la force de continué et de tenir, elle avait cherché au plus profond d'elle même, une raison de continué à se battre, une raison pour ne pas sombré et se noyé dans l'océan de chagrin qu'était à présent son âme. Bien entendu l'idée de venger son père était un bon point d'encrage, mais ce n'était plus suffisant, car une fois sa tache accomplit, qu'est ce qui la porterait après, qui l'aiderait à tenir lorsqu'elle hésiterait entre sombrer et lutter pour sa vie. Devon était en lutte perpétuelle, son coeur lui soufflait toujours quelques chose en désaccord avec son esprit, elle gaspillait son énergie en vaine bataille psychique, son père le lui avait longtemps reproché, d'après lui c'était la seule chose qu'elle avait en commun avec sa mère, et c'était le pire héritage qu'elle aurait pu souhaité. Sa mère, elle n'avait aucun souvenir d'elle, pas même une photo ou un bijou, rien, son père c'était débarassé de tout, pour l'aidé à se concentré sur sa "mission", sa "destiné". Elle tenta de se rappelé le nombre de fois où elle avait voulut tout envoyé promené et où sa conscience avait prit le dessus sur son coeur, trop de fois pour se rappelé le chiffre précis sans aucun doute.

Devon le fixait sans tenté de camouflé la douleur ou le chagrin dans ses grands yeux couleur chocolat, il aurait été déloyale de masqué sa douleur alors que lui en était incapable. Croisé quelqu'un éprouvant une douleur similaire à la sienne appaisa étrangement son esprit et la douleur qui labourait son coeur, d'ordinaire elle fuyait comme la peste les gens qui souffrait de la même façon qu'elle, une part d'elle détestait l'idée de sucité de la pitié ou de la compassion, l'autre était trop affecté pour songé a cotoyé des gens tout aussi blessé par la vie. Bien que la disparition de son père remontâte à plus d'un an, la douleur et la blessure provoquées par sa perte était toujours là, vive et suintainte, elle aurait aimé que l'adage "le temps guérrit toutes les blessures" s'applique à son cas, mais depuis la mort de son père, Devon était belle et bien seule au monde. Bien entendu elle avait sa famille, les autres chasseurs qui comme elle et son défunt père s'échinaient à débarrassé le monde des forces du mal, mais elle ne s'était jamais réellement sentie proche d'eux. A la mort de son père, elle avait parcourut le pays en voiture, et avait croisé la route de l'un d'entre eux plusieurs fois, mais elle avait vite comprit que malgré le chagrin que leur infligeait la perte de l'un des leurs, il ne comprendrait jamais ce besoin de vengeance qu'elle éprouvait. Lorsqu'il lui répondit qu'elle s'appelait Amy, Devon ne fit pas le rapprochement entre les deux adolescentes disparuent tragiquement, non, ce nom l'emplit de mélancolie, pendant une fraction de seconde elle comprit l'ampleur du chagrin de Kyle. Elle remarqua que son visage se ferma quelque peu et qu'il courba un peu plus les épaules pour se protégé d'un froid qui iridiait non plus de la nature, mais de son coeur. Il devait beaucoup l'aimé, mise à part son père, elle n'avait jamais réellement aimé un homme, non pas qu'elle n'ai pas connut d'homme dans le sens biblique du terme, non elle restait si peu longtemps dans la même ville qu'elle n'avait jamais réellement eu le temps de s'attaché à un autre être humain. Son père avait toujours fermé les yeux sur les aventures de sa fille, il lui avait seulement fait la leçon habituelle sur la protection et le respect qu'elle était en droit d'exigé de la part d'un homme, et ils n'en avaient plus jamais reparlé, elle ne s'était jamais plein de cette vie amoureuse tout aussi boheme que sa vie quotidienne, bien qu'a près de trente ans, elle aurait aimé avoir un mari aimant et un enfant, mais pour le moment elle ne pouvait s'offrir ce luxe. Elle n'imaginait pas "sauvé le monde" tout en s'occupant d'une famille, elle ne pourrait être comme son père.

Kyle, bien qu'elle ne connaissait pas encore son nom, vient doucement s'asseoir à quelques pas d'elle, Devon avait remarqué que ses yeux étaient devenus plus brillant, plus sombre, tout comme elle avait remarqué le tremblement de ses mains, mais elle ne dit rien, chacun souffrait à sa façon. Elle faisait de terrible cauchemard sur cette nuit où elle ne s'était pas réveillé pour veillé comme elle le faisait toujours sur son père, elle rêvait de sa mort et du démon qui lui avait fait cela. Elle retint de justesse un soupir et effaça une larme qui avait perlé à sa paupière. Elle s'en voulait de ne plus être aussi forte qu'avant, jusque là elle s'était interdit de craqué, mais posée enfin ses valises lui avait fait prendre conscience de tout ce qu'elle avait refoulé jusque là, et toute sa douleur lui était revenue en plein visage. Il lui demanda alors comment il s'appelait. Une ombre de sourire effleura ses lèvres avant de se volatilisé dans une bourasque de vent. Elle n'avait toujours pas bougé se contentant de posé sa tête sur ses genoux, le fixant de son regard sombre.


"John... Il s'appelait John... C'était mon père"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Sanders

avatar

Nombre de messages : 21
Age du perso : 22 ans
Groupe : artistes
Citation (lien avec l'humeur) : ...
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Time To Say Goodbye [Libre]   Dim 12 Aoû - 22:48

Kyle avait reporté son regard sur l'horizon qui s'étendait loin devant lui. Il aurait voulu ne jamais être venu sur ce terrain de sport. Il aurait voulu pouvoir cotôyer des personnes sans problèmes, vivre comme tous les jeunes de son âge. Mais il savait que c'était impossible. Sa vie avait basculé quand il avait appris la mort d'Amy. Kyle avait longtemps été un coureur de jupons, plus connu pour le nombre incalculable de filles avec qui il était sorti que pour ses qualités, telles que la loyauté envers ceux à qui il tenait, son acharnement lorsqu'il entreprenait quelque chose, etc. Bien qu'il ait tout de même pas mal de défauts, Kyle n'avait jamais été aussi attaché à Amy qu'il avait pu l'être à une autre fille auparavant. Lui qui ne croyait pas que le grand amour puisse exister avait réussi à ouvrir finalement les yeux. Mais, suite à la mort de sa petite amie, le jeune homme avait beaucoup changé, se renfermant sur lui même, devenant même agressif à certains moments. Avaient suivis les nuits blanches, la prises de substances pas très recommandées, une baisse de sa moyenne scolaire et tout ce qui s'ensuivait. Le garçon enjoué et moqueur qu'il avait pu être auparavant semblait avoir totalement disparu depuis la disparition tragique de la fille qui avait réussi à faire battre son coeur pendant une période qui lui avait semblait injustement trop courte. Kyle avait perdu toute envie de vivre, pourtant, il n'avait pas trouvé le courage d'en finir. Il préférait se laisser aller doucement en absorbant des doses importantes de médicaments qui, il l'espérait, lui permettraient d'oublier ce qu'il vivait, son chagrin et tout le reste. lui qui faisait attention à lui avant, ne prenait même plus le temps d'imaginer ce à quoi pourraient bien penser les autres lorsqu'il le verrait débarquer à l'université dans des tenues parfois négligées.

Au bout de quelques instants, la jeune fille répondit à sa question. Il n'osa pas tourner la tête vers elle, de peur d'affronter son regard. Il savait qu'il avait sans doute une tête de déterré puisqu'il ne dormait pratiquement pas la nuit, se réveillant toutes les heures, espérant avoir seulement rêvé. Mais à chaque fois qu'il se réveillait, il se rendait alors compte que tout était bien réel et qu'il ne pouvait pas revenir en arrière. En entendant qu'il s'agissait de son père, il comprit que cette situation ne devait pas être facile pour la jeune fille qui se trouvait à côté de lui en ce moment même. Mais, d'un autre côté, Kyle ne pouvait pas bien comprendre ce qu'elle vivait puisque ses propres parents n'avaient jamais été très présents pour lui, préférant se consacrer à leur travail. Il laissa échapper un léger soupir sans le vouloir vraiment. Il aurait pu sortir une phrase du genre "je suis désolé" ou bien "ça doit être dur", enfin un truc dans le genre. Mais, selon lui, ça faisait un peu trop cliché. Tous les autres devaient déjà avoir sorti des trucs pareil alors il préféra se taire quelques instants. Son silence signifiait qu'il comprenait ce que la perte d'un proche pouvait engendrer chez ceux qui y étaient attachés.


Au fait, moi c'est Kyle...

Il avait sorti cette phrase comme ça, sur un coup de tête. Sans vraiment s'en rendre compte. ça n'était peut être pas le bon moment pour faire des présentations mais c'était venu tout seul et il ne regrettait rien après tout. Il tourna finalement à nouveau la tête vers la jeune fille et plongea son regard dans celui de cette dernière afin d'essayer de sonder quelque chose, la moindre lueur d'espoir dans ses yeux. Il espérait y trouver autre chose que de la détresse, de la colère ou de la tristesse. Peut être un peu de réconfort, qui sait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devon Farell

avatar

Nombre de messages : 33
Age du perso : 22 ans en réalité 27
Groupe : Artiste (Guitariste)
Citation (lien avec l'humeur) : La vie appelle la mort, la morte entraine la vie... Adieu Papa
Date d'inscription : 30/07/2007

Feuille de personnage
Moral:
20/100  (20/100)
Entourage:
Hobbies: La musique

MessageSujet: Re: Time To Say Goodbye [Libre]   Lun 13 Aoû - 12:50

Un long silence précèda ses paroles, et ce fut ce silence qui l'appaisa véritablement, pas de "je suis désolé", "ca doit vraiment être dure pour toi", non simplement le silence, non pas un silence pesant, un silence pendant lequel elle ressentit sa compassion et sa compréhension. Elle laissa ses yeux se perdrent dans le vague, a chaque fois qu'elle croisa un homme proche de la cinquantaine, elle croyait voir son père, elle espérait chaque nuit en se réveillant que ce n'était qu'un cauchemard horrible, et qu'elle aillait trouvé son père étendu dans le lit proche du sien, mais non, chaque fois qu'elle se réveillait, elle était seule et plongée de l'obscurité. Parfois elle ne dormait pas pendant des jours, elle préférait souffrir du manque de sommeil que de se reveillé encore une fois seule au beau milieu de la nuit. Elle se rappelait chaque moment passé avec son père avec des tas de détails, parfois elle laissait ses pensées dérivés au loin et revivait ses moments. Son vingtunième anniversaire avait été le moment le plus heureux de sa vie, il l'avait enmené au Mexique pour une semaine, pour la premiere fois depuis des années elle s'était sentie libre et femme, et plus que jamais elle avait ressentit ses liens si particulier qui la liaient à son père. Elle s'était sentie tellement proche de lui. Ce jours là, il lui avait parlé de sa mère, pour la premiere fois de sa vie. Elle se rappelait précisement chacun de ses mots. Elle avait toujours crus que John ne l'avait jamais aimé, qu'elle avait seulement été un incubateur, mais lorsqu'il avait parlé de sa femme, une flamme s'était allumé dans ses yeux, une flamme qui ne brillait d'ordinaire que pour elle. Il lui avait raconté leur rencontre, leur mariage, le jour où elle lui avait annoncé qu'elle était enceinte. Lorsqu'il évoque ce moment de sa vie, la flamme dans ses yeux sembla vacillé. Devon avait alors comprit que s'il l'aimait plus que la vie, sa naissance avait sonné la fin de sa période de bonheur avec la femme de sa vie, car l'annonce de sa venue au monde lui avait cruellement rappelé son devoir, et il avait dû petit à petit se détaché d'elle afin qu'elle finisse par le quitté. Pour la première fois, Devon avait vut une larme roulée sur la joue de son père. Peut être qu'elle chercherait à retrouvé cette femme qui était sa mère, lorsque sa mission ici serait terminé, oui peut être que cela l'aiderait de connaitre celle qui l'avait mise au monde et qui avait apporté autant de bonheur à son père.

Son jeune inconnu se présenta alors, il s'appelait Kyle, il évitait son regard, et elle pouvait le comprendre, il devait voir le propre reflet de son âme dans ses yeux chocolats. Tout comme elle, il aurait surement souhaité pouvoir reprendre une vie normale, être à nouveau jeune et insouciant, seulement lorsque l'on voit la mort en face, cela vous marque à tout jamais, et il est alors plus dure de faire comme si rien n'avait d'importance. Elle avait déjà vut des gens mourrir, ou même des morts, c'était l'un des aspects négatif de sa "destiné", mais jamais une mort ne l'avait aussi touché que celle de son père. Elle l'avait toujours cru invinsible, après tout ce qu'il avait vécut il n'aurait pas du avoir cette mort, il aurait du mourir de vieillesse dans son lit, pas tué par un démon. Elle chassa de sa tête les images du corps de son père pendu à un arbre, le torse lacéré de griffures, des griffures qu'avait infligé un ours d'après le légiste, bien que Devon savait qu'aucun ours n'y soit pour quoi que se soit. Elle se repprochait de ne pas avoir été là ce soir où son père était partit en chasse, elle aurait dû se reveillé, elle se réveillait toujours, mais cette fois là le sommeil l'avait emporté si profondement qu'elle ne l'avait pas entendu quitté le bungalow. La politesse aurait voulut qu'elle lui réponde tout de suite, mais ses pensées l'avait fait dérivé, et elle ne lui confia son identitée qu'après plusieurs minutes de silence.


"Devon"

Simplement son prénom, et qu'elle étrange prénom, Devon, Demon, une lettre de différence... Elle se demandait si Kyle remarquerait la courte différence entre ses deux noms, encore une lubbie de son père. Non content de faire d'elle une chasseuse particulièrement efficace, il lui avait donné un prénom dont on se souviendrait, un prénom dont il voulait qu'elle reflete la violence, mais Devon n'avait rien d'un démon, tout du moins surement pas l'apparance, ni l'agressivité, sauf si bien sur on la cherchait de trop près, ou si sa vie était en danger, elle n'avait jamais aimé tué. Un épisode marquant datant d'a peine quelques années lui avait prouvé que son père n'avait pas la même conception des choses qu'elle, il avait tué de sang froid un homme, afin qu'un démon ne pénetre pas dans son corps. Pendant des jours Devon n'avait plus dit un mot, un tueur, voila ce qu'était son père, et voila ce qu'elle allait devenir. Elle avait eu peur toute sa vie de devoir un jour commettre un meurtre. Elle tenta d'imaginé ce qu'elle ressentirait si elle devait tué Kyle, afin de le protégé et de ce protégé d'un démon, pourrait elle seulement appuyé sur la détente ?

"Désolé je ne suis pas la compagne la plus joyeuse du campus..."

La phrase s'était échappé de ses lèvres, sans qu'elle y prête une réelle attention, depuis quelques temps elle disait souvent des choses anodine, mais qui pour certain était blessante. Kyle n'avait surement pas besoin de quelqu'un de joyeux pour lui rappelé à quel point il souffrait, et que plus jamais Amy ne s'amuserait en compagnie de ses amies. Elle aurait pu s'excuser mais elle ne le fit pas, après tout, d'ordinaire elle n'aurait jamais retiré une seule de ses paroles, elle resterait fidèle à sa nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Sanders

avatar

Nombre de messages : 21
Age du perso : 22 ans
Groupe : artistes
Citation (lien avec l'humeur) : ...
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Time To Say Goodbye [Libre]   Sam 18 Aoû - 21:25

Kyle était là, assis à côté de la jeune fille, immobile. Seule sa respiration légère troublait le silence qui s'était installé entre les deux jeunes gens. Le groupe de jeunes qui jouait un peu plus tôt sur le terrain de sport qui s'étendait à quelques mètres devant eux venaient de quitter les lieux maintenant déserts. Pour n'importe qui d'autre, ce silence pesant aurait pu paraître très embarassant, mais cela faisait maintenant un bon bout de temps que Kyle s'était habitué à un silence tel que celui-ci. Finalement, au bout d'un certain temps, la jeune fille finit par se présenter à son tour. La première chose que Kyle pensa en l'entendant était que son prénom n'était pas vraiment courant. Devon ne semblait pas vraiment bavarde. a moins qu'elle ne souhaite pas lui parler, ce que le jeune homme comprendrait tout à fait. Et puis, après tout, lui non plus n'avait pas besoin de parler. enfin, c'était plutôt qu'il n'avait rien à dire. Effectivement, tout lui rappelait le passé, ce qui le forçait alors à penser à Amy. C'était en quelque sorte comme une punition. Mais pour le punir de quoi? Car, bien qu'il n'ait pas toujours été parfait, il ne faisait pas non plus partie des gens méprisables...

par la suite, la jeune fille brisa un long moment de silence afin de s'excuser bien que ça ne soit pas la peine. Du moins, Kyle n'avait rien à lui reprocher. C'est vrai, après tout, lui aussi aurait pu être plus sympa, parler un peu plus.


C'est pas grave, moi aussi je suis désolé...

C'était sans doute l'une des choses les plus pathétiques qu'il ait pu sortir de toute sa vie. De toute façon, devon semblait être un peu ailleurs en ce moment-même; elle était comme perdue dans ses pensées bien que la jeune homme ne sache pas non plus ce qu'elle pensait exactement en ce moment-même. Finalement, Kyle se tut à nouveau. Après toçut, la conversation entre les deux jeunes gens ne semblait pas être à l'ordre du jour. Tant pis, après tout, Kyle ne cherchait pas forcément à parler avec quelqu'un.Et puis, le simple fait que quelqu'un lui ait apporté la preuve qu'on pouvait souffrir autant que lui le rassurait quelque peu bien qu'il n'ait pas souhaité à la jeune fille la mort de son père.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devon Farell

avatar

Nombre de messages : 33
Age du perso : 22 ans en réalité 27
Groupe : Artiste (Guitariste)
Citation (lien avec l'humeur) : La vie appelle la mort, la morte entraine la vie... Adieu Papa
Date d'inscription : 30/07/2007

Feuille de personnage
Moral:
20/100  (20/100)
Entourage:
Hobbies: La musique

MessageSujet: Re: Time To Say Goodbye [Libre]   Mar 21 Aoû - 19:17

Devon soupira et passa une main dans sa crinière de boucle brune, elle passait souvent sa main dans ses cheveux, une façon de se donné une contenance lorsqu'elle lachait des conneries pareils, ou bien lorsqu'elle réfléchissait. Une cascade de boucle dégringola à nouveau sur ses épaules. Il s'excusa de ne pas être très bavard lui aussi, pour la première fois depuis son arrivée, un léger sourire se dessina sur les lèvres de la petite brunette d'une trentaine d'année. Oh grand miracle, un sourire, tout du moins l'esquice d'un sourire, c'était un jour à marqué d'une pierre blanche. Ses épaules furent brusquement secouées de tremblements, ses mains se crispèrent autour de ses genoux alors qu'un grand éclat de rire s'échappa de ses lèvres. Un rire puissant et libérateur, qui secouait tout son corps alors qu'elle hoquetait, des larmes de rire perlèrent à ses yeux, ses grandes dents blanches semblèrent attrapés les derniers rayons de soleils. Elle essaya de se calmé mais sans succès, elle riait, d'un rire qui dépassait les limites, pour la première fois depuis bien longtemps un rire sortait de sa gorge. Elle tenta de parlé mais les hoquets de rire l'en empechait. Elle devait avoir l'air d'une folle, mais elle s'en fichait un peu, ses nerfs avaient lachés brusquement, et tout ce qu'elle pouvait faire, c'était rire, et se laissé doucement allé. Elle finit finalement par se calmé et le rire qui l'avait secoué pendant plusieurs minutes s'évanouit comme il était arrivé, peut être était ce déplacé d'avoir rie ainsi, mais on ne controle pas toujours ses nerfs. L'effort que son corps avait produit pour laissé echappé cette éclat d'un bonheur passé l'avait épuisé, il lui fallut encore quelques minutes pour reprendre son souffle, lorsqu'enfin elle arriva à parlé, elle s'était assise plus correctement, en tailleur, et semblait un peu moins enfermé sur elle même.

"Désolé les nerfs qui lachent..."


Un sourir penault se dessina sur ses lèvres, son visage semblait plus calme, moins tourmentés, elle se sentait plus seraine elle même, comme si cet eclat de rire avait ballayé tout ses doutes. Et peut être était ce le cas ?


[Post pourris désolé manque d'inspiration]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Sanders

avatar

Nombre de messages : 21
Age du perso : 22 ans
Groupe : artistes
Citation (lien avec l'humeur) : ...
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Time To Say Goodbye [Libre]   Mar 4 Sep - 23:48

[pas grave t'inquiète, ça commence à être la même chose pour moi^^]

Kyle observait la jeune fille qui se trouvait à côté de lui en lui lançant de de temps à autre des coups d'oeiul discrets. C'était mieux que de la fixer. Allez savoir pourquoi, c'était comme s'il guettait une réaction quelconque de sa part qui pourrait lui indiquer ce qu'elle pensait en ce moment-même et la manière dont il devrait se comporter avec elle. Il remarqua qu'un léger sourire se dessinait petit à petit sur les lèvres de la jeune fille qui partit ensuite d'un grand éclat de rire. Sur le coup, Kyle sursauta légèrement, un peu surpris de la tournure que prenaient les choses. C'est vrai, c'était tout de même étrange: quelques minutes plus tôt, Devon était en larmes et là, elle éclatait de rire. A vrai dire, cette réaction soudaine effrayait quelque peu le jeune homme qui n'avait plus l'habitude de fréquenter qui que ce soit depuis un certain temps maintenant. Il baissa les yeux un instnat et Devon finit par se calmer. D'ordinaire, ce genre de rire était contagieux mais sans doute aurait-il fallu que Kyle sache ce qui amusait autant Devon pour qu'il puisse en rire lui aussi. Finalement, la jeune fille, après avoir repris son calme, se justifia. Enfin, elle émit plutôt une simple phrase, comme si elle était un peu gênée, voire même embarassée par ce qui venait de se passer. Pourtant, elle avait l'air d'aller beaucoup mieux. Un petit sourire passa sur les lèvres de Kyle avant de mourir aussi rapidement qu'il était apparu. Ce sourire avait été accompagné d'un bref signe de tête affirmatif qui montrait que le jeune homme voyait bien où Devon voulait en venir lorsqu'elle lui avait donné l'explication des nerfs qui lâchaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Time To Say Goodbye [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Time To Say Goodbye [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Atteinte au libre-choix en matière de fin de vie.
» Emission en prime-time lundi 31 nov avec Zermati sur M6
» 5/2,libre ou la fac?
» Jonas poésie : FEMME LIBRE
» nouvelle à chute du XIXe (ou plus récente mais libre de droits)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une fac réputée de Los Angeles :: La cour :: Le terrain de sport-
Sauter vers: